BIENVENUE 2018 : RÉSOLUTIONS D’UNE VOLONTAIRE

Comme à chaque début d’année, janvier est le mois des résolutions. On souhaite prendre soin de sa santé, donner vie à un rêve, terminer un projet mis sur la glace depuis trop longtemps, réorganiser son emploi du temps. De mon côté, je me fixe toujours des nouveaux objectifs personnels, mais j’essaie aussi de savoir comment je pourrais faire pour me dépasser au plan professionnel.

Ayant accompli un peu plus de la moitié de mon mandat d’un an en coopération internationale, j’ai maintenant une bonne idée de mes forces et de mes faiblesses dans l’exécution de mon travail. J’ai donc décidé de vous partager mes résolutions de volontaire pour l’année 2018, en espérant qu’elles vous inspirent vous aussi à repousser les limites!

Me faire plus confiance

Au début d’un contrat, c’est toujours embêtant d’arriver et d’être au-dessus de ses affaires. On est plutôt en mode observation, création de nouveaux contacts et adaptation des méthodes de travail. On essaie de prendre sa place, petit à petit, et d’être le plus diplomate et respectueux possible afin de ne pas choquer personne.

Cette année, je veux être capable de m’exprimer et de donner mon opinion de manière plus assumée. Je sais que j’ai les connaissances et arguments nécessaires pour faire valoir mon point de vue et, en tant que conseillère, c’est mon rôle de m’assurer de donner à mon partenaire un regard externe sur les projets proposés.

Prendre plus de risques

Quand on ne sait pas trop ce qui est acceptable ou non, on joue plus souvent du côté sûr en minimisant les risques et en faisant approuver chacune de nos idées. Le problème, c’est que le partenaire ne comprend pas toujours les suggestions apportées en raison des différences culturelles, ce qui fait que certaines opportunités ne sont pas prises.

Pour 2018, je veux proposer plus d’activités et sortir de ma zone de confort. Je veux mettre à profit ma meilleure connaissance du milieu, ma créativité et les bonnes relations de confiance que j’ai développées avec différents partenaires pour aller plus loin. Je vois le temps qui avance et je ne voudrais surtout pas repartir en ayant l’impression de ne pas avoir donné mon maximum.

Sensibiliser davantage

Au quotidien, on tend à mettre des efforts sur ce qui a des impacts à court et moyen termes et qui vont améliorer notre environnement direct. Cependant, il est important de ne pas oublier qu’en coopération internationale, rien ne serait possible sans le support du pays d’accueil, mais surtout de notre pays et de ses citoyens.

Dans la prochaine année, je veux partager plus de contenu sur le travail que je fais, les causes auxquelles j’adhère et les impacts de mes actions au Pérou et au Canada. J’ai envie qu’il y ait une meilleure compréhension de ce qu’on fait et pourquoi on le fait, en espérant que ça permette une collaboration plus efficace et engagée dans les deux pays.

En 2018, je me souhaite ainsi qu’à tous mes collègues répartis sur le globe beaucoup de succès dans notre travail. J’espère que nous pourrons tous et chacun remplir nos objectifs et rentrer à la maison avec le sentiment du devoir accompli. J’envoie aussi mon support moral aux coopérants qui, eux aussi, veulent s’améliorer cette année. Finalement, je veux rassurer tous les futurs volontaires qui se questionnent en leur disant que c’est une mission magnifique et une expérience qui va très certainement changer leur vie.

Bonne année 2018!

Aucun Commentaire

Écrire un commentaire