REPOSE EN PAIX, GRAND-MAMAN

Tout n’est pas rose quand on choisit de vivre loin de chez soi. Il y a certains moments où on voudrait seulement pouvoir revenir, l’espace de quelques heures, pour être avec ceux qu’on aime.

C’est ce qui m’est arrivé, il y a 10 jours, lorsque ma grand-mère nous a quitté.

Je n’en ai pas parlé plus tôt, tout simplement parce que je n’en avais pas envie. Mais aujourd’hui, je veux vous partager comment je me sens, ce que c’est de vivre un deuil quand on est à l’étranger. Ce que ça représente de prendre la décision de ne pas rentrer à la maison.

En partant vivre un an à l’extérieur du pays, je savais très bien que toutes mes relations avec mon entourage se feraient à distance pour la prochaine année. Bien que ce soit toujours plus agréable de se voir en personne, dans la majorité des cas le contact physique n’est pas nécessaire pour apprécier la présence et la compagnie de l’autre. Par contre, les situations émotives rendent cette réalité beaucoup plus difficile, car parfois un gros câlin est le meilleur remède.

Avec ses 94 années de vie, dont les plus récentes dans un centre hospitalier de soins longue durée, je me doutais que les chances que je revois ma grand-mère étaient faibles. Avant de m’envoler pour le Pérou, j’étais allée la voir, sachant que c’était probablement une des dernières fois. En fait, j’espérais que ce soit la dernière, car je pouvais voir dans ses yeux qu’elle n’était plus confortable ici, et qu’elle avait hâte d’aller rejoindre son mari.

Je crois que d’avoir fait une partie de mon deuil avant le départ m’a beaucoup aidé à passer au travers à distance. En vrai, tout me semble un peu irréel, le fait d’être loin m’empêche de constater par moi-même la vérité et, par le fait même, de complètement l’accepter. Je pense que j’aurai une vague d’émotions plus vives lorsque je reverrai ma mère, que j’aimerais dont pouvoir réconforter en la prenant dans mes bras.

Alors pourquoi ne pas rentrer, me demanderez-vous?

Pour vous répondre franchement, je ne m’en sens pas capable. Ce n’est pas une question financière, et oui je pourrais prendre des jours de vacances pour rentrer, mais je ne pense pas que je suis prête. C’est difficile de s’installer dans un nouvel environnement et s’y adapter, et j’ai peur que de revenir à la maison m’enlèverais le goût de repartir. Je ne sais pas si ça fait du sens pour vous… J’ai juste l’impression que de revoir mes proches aujourd’hui me ferait douter de la décision que j’ai prise, et pour l’instant je veux continuer. Est-ce que c’est égoïste?

Il n’y a rien de facile dans le deuil ou la perte d’un être cher, et définitivement la distance amène un aspect très différent à cette épreuve. Si on n’est pas confortable avec la solitude, c’est bien difficile de passer à travers. J’ai beau avoir déjà de très bons contacts ici, rien ne remplace la famille.

Ce samedi, le 29 juillet, ce sont les funérailles de ma grand-mère. Je n’y serai pas physiquement, mais tout mon cœur et mes pensées y seront. Après tout, je sais que peu importe où je me trouve elle entend mes adieux. À tous ceux qui l’ont côtoyé, je vous envoie mes plus sincères condoléances.

Repose en paix, grand-maman.

4 Commentaires
  • Jessica VALOISE

    28 juillet 2017 at 11:44 Répondre

    Encore un très beau texte Marie-Hélène.
    Toutes mes condoléances.
    Je te comprend tellement. Il y a deux ans, mon grand-père est décédé, et j’ai pu faire l’aller-retour en France deux semaines avant pour le voir, cependant, je n’avais pas réalisé que c’était la dernière fois… Lorsqu’il est parti, je n’ai pas pu assister à sa cérémonie, et aujourd’hui encore, j’ai du mal à réaliser.
    Je comprend tout à fait ton envie de rester au Pérou plutôt que de rentrer, et je ne pense pas que ça soit égoïste. Ça fait 5 ans que j’ai quitté mon pays maintenant, et le sentiment du culpabilité, face aux cérémonies (décès, naissances, mariages…) fini par s’estomper, parce que, c’est comme ça, tout simplement.
    Bonne continuation, et câlin virtuel!

    • Marie-Hélène Couette

      28 juillet 2017 at 11:49

      Merci Jessica, ton mot m’a fait beaucoup de bien xxx

  • Johane Verville

    28 juillet 2017 at 22:20 Répondre

    Toutes mes sympathies MH. Tu as pris la bonne décision de rester. Tu as toujours eu bcp de jugement et ça continues. Lâches pas dans ton beau projet. Je suis certaine que ta grand-mère est avec toi. Amitiés

    • Marie-Hélène Couette

      28 juillet 2017 at 22:36

      Merci Johane pour tes encouragements 🙂

Écrire un commentaire