PASSER NOËL AVEC MA NOUVELLE FAMILLE

Ah, le temps de fêtes! Sans aucun doute une de mes périodes préférées de l’année, malgré tout ce qu’on dira sur son caractère commercial. C’est une occasion annuelle de voir ses proches, d’envoyer des bons souhaits à ses amis et de se laisser emporter par la féerie des fêtes. Que ce soit par les décorations de Noël, l’ambiance de joie qui règne ou encore les vœux qui s’échangent, le mois de décembre a toujours réussi à me réchauffer le cœur.

Cette année et pour la deuxième d’affilée, je ne suis pas à la maison pour célébrer en famille. Bien que la technologie aujourd’hui nous permette de garder contact et de voir ceux qu’on aime, c’est encore spécial pour moi de manquer ces traditionnelles réunions familiales. Je dois avouer que j’ai eu peur de me sentir seule, isolée et triste pour le jour de Noël. Heureusement, ça n’a pas été le cas.

Le 24 décembre, j’ai passé pratiquement toute la journée en ligne avec mes parents et ma sœur. C’était une belle occasion de prendre de leur nouvelle, de partager avec eux cette journée spéciale et d’être en bonne compagnie. En début de soirée, j’ai été rejoindre ma collègue et amie québécoise Karine pour aller prendre un verre, à la santé de notre Noël à distance.

Vers 21h, on s’est rendues à la maison de Charles, un ami qui nous avait invité à passer le réveillon dans sa famille. On a été accueillies par ses parents comme leurs filles et par ses frères comme leurs sœurs, ce qui nous promettait déjà une très belle soirée. On a bu, on a dansé, on a ri. Dans le temps de le dire, il était minuit et on s’installait à table pour manger un modeste mais délicieux repas, accompagné d’un chocolat chaud et de gâteau aux fruits.

Après le repas, la soirée a pris une toute autre tournure. La famille est partie se coucher et se sont des amis qui sont venus nous rejoindre, donnant ainsi une nouvelle couleur à la célébration. Le verre à la main et le sourire aux lèvres, on a chanté toute la nuit du karaoké en gang. La fête s’est terminée aux petites heures du matin, alors que le soleil se montrait déjà le bout du nez.

Le 25 décembre, pas besoin de préciser que j’ai dormi toute la journée. C’était un lundi ensoleillé et chaud, mais confortable à la fois. On était à des années lumières du climat québécois! Je me suis levée en fin d’après-midi, heureuse d’avoir eu la chance de passer ce si beau moment.

Pour l’espace d’une nuit, j’avais complètement oublié mes propres traditions des fêtes, la neige ou les cadeaux. Tout ce qui comptait, c’était d’être en famille, ma nouvelle famille, ma famille péruvienne.

Aucun Commentaire

Écrire un commentaire