IL A UN BÉBÉ À L’AUTRE BOUT DU MONDE

Voilà, je suis maintenant arrivée à Bangkok! La journée d’aujourd’hui n’a pas été facile en raison du manque de sommeil, alors j’en ai profité pour prendre du repos et m’adapter tranquillement à la chaleur (il fait présentement 32 degrés). J’avais un itinéraire long et pénible, alors je suis bien contente que ce soit derrière moi, du moins pour le prochain mois.

Je redoutais pas mal mon vol de 15 heures entre Toronto et Shanghai. J’avais déjà pris un vol de 12h en 2008 et j’en gardais de très mauvais souvenirs. Je dois avouer que ça s’est beaucoup mieux passé cette fois-ci, mais 15 heures c’est long, très long. Heureusement, j’ai eu la chance de faire connaissance avec mon voisin de siège.

Tom, pour respecter son anonymat, est un Philippin de 52 ans. Déménagé avec sa femme au Canada il y a 21 ans, il travaille comme préposé aux bénéficiaires en Ontario. La raison de son voyage aux Philippines sort de l’ordinaire : il s’en va voir son bébé de 8 mois! Il est très heureux de me partager l’amplitude de son bonheur, et me montre plusieurs photos du jeune bambin pendant notre discussion.

Bien entendu, je questionne Tom quant à la situation un peu absurde. Il m’explique donc qu’il y a plusieurs années, sa femme a eu le cancer du sein. Maintenant guérie, elle n’a jamais eu d’enfant car les chances que la maladie reprenne sont trop grandes. Bien que le couple aurait souhaité avoir des enfants, leur amour l’un pour l’autre était trop fort pour prendre un tel risque.

Voilà que le destin fait surface : il y a plus d’un an, une des nièces de sa conjointe tombe enceinte à l’âge de 15 ans. Étant trop jeune pour garder et élever l’enfant, son père propose à Tom et à sa femme de l’adopter. Épris d’une grande joie, ils acceptent cette incroyable opportunité et entament les procédures judiciaires pour avoir la garde légale de l’enfant.

Tom a pu être présent pour l’accouchement, mais ne peut malheureusement rester très longtemps aux Philippines, emploi oblige. C’est donc maintenant son troisième voyage pour voir son bébé, qu’il essaie de visiter aux 4 mois en attendant de pouvoir le ramener au Canada. « Une chance que Skype existe! C’est la seule façon de voir notre enfant à tous les jours. » Il espère que le bambin pourra rentrer à la maison avec sa femme et lui lors de sa prochaine visite, en avril 2017.

Je trouve incroyable qu’un homme que je ne connais pas me raconte sa vie avec autant de détails et d’ouverture. Il transpirait le bonheur et son énergie positive m’a sincèrement fait du bien. Sa femme est magnifique, et j’espère du plus profond de mon cœur qu’ils pourront rapatrier leur petite famille rapidement. Tom est l’exemple parfait pour moi de persévérance et d’amour.

Bon courage, Tom. Tu feras un excellent papa.

Aucun Commentaire

Écrire un commentaire